juillet 11, 2020 10:16

Traversée des Pyrénées à pieds avec bébé

7h15 : Christian est sur le pied de guerre, déterminé à nous faire connaître sa belle région en parcourant ses randonnées fétiches. Il nous sert le déjeuner en nous faisant le topo de la journée.🗣🗣🗣🥖🍯

8h30 : Sa maman, Josette correspondante à la Dépêche du Midi prend des notes sur un coin de table pour rédiger un article sur notre épopée. À 93 ans, elle nous scotche : dégainant son smartphone📱 de son tablier pour illustrer son article.

9h30 : Nous fêtons notre 1000e abonné.e sur notre page Facebook. 🥳Les retours des petits articles que nous avons posté sur les forums de voyage sont excellents! Nous sommes aux anges👼, maintenant conscients de déconstruire quelques préjugés 🙅‍♂️🙅‍♀️Nous rêvons de tracer une nouvelle voie pour rendre accessible l’expédition aux jeunes parents! 🏃‍♀️🏃‍♂️

10h : Suivant les conseils avisés de notre hôte, nous partons pour 1000m de dénivelé en direction de l’Espagne pour rejoindre la bonbonnière, une cabane en pierre hexagonale à l’incroyable cachet. Mirtille sur la tartine, l’itinéraire prévu passe par la 3e plus haute cascade des Pyrénées, un site INCONTOURNABLE selon notre guide !👨🏻‍🦳Depuis qu’il nous a apprivoisé, hier, Christian n’a qu’une idée en tête : nous faire dévier du GR pour visiter son mausolée tibétain, y faire des grillades puis rejoindre la bonbonnière, sa cabane ⭐️⭐️⭐️ pour y REfaire des grillades et y dormir, repu!De notre côté, nous n’avons qu’une idée en tête : ne pas le perdre de vue car c’est lui qui porte la viande !

12h : Prenant notre petite pause Bretzel, 🥨 un couple de randonneurs du samedi nous dépasse. L’homme nous explique qu’un chemin moins compliqué et plus adapté pour nous se situe en aval. Il parle du GR (celui qu’on évite suivant cet enfant du pays). Lyzou attrape la balle au vol 🏸 en lui expliquant que la difficulté c’est aussi ce que l’on recherche dans notre traversée. Comme dirait l’autre : « On n’est pas venu jusqu’ici pour acheter du terrain ! »Un peu déboussolé, l’homme repart sans vraiment comprendre l’identité des trois énergumènes qu’il vient de croiser… De vrais culottés en sandalettes qui grimpent aux rochers comme d’autres parlent aux fontaines.

14h : La grillade est délicieuse à la hauteur de nos espérances!

16h32 : Kiki lâche derechef, l’os qu’il était en train de rogner pour se lancer à corps perdu dans la montée, malgré sa jambe qui le fait boiter. Son objectif : dépasser les randonneurs qui arrivent, afin de nous réserver pour ce soir la petite cabane dont il est le gardien secret. Chemin faisant, nous imaginons un aligot qui accompagnerait la saucisse grillée. 😛Comme dirait Mamie Swing : « il n’y a pas de mal à se faire du bien… » 🤓Notre mantra sur la route. Bonne méditation!

Classés dans :

Cet article a été écrit par Alizée Conraud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*