juillet 18, 2020 5:12

Traversée des Pyrénées à pieds avec bébé

9h : Aujourd’hui c’est le 14 juillet, mais point de défilé pour nous. Au programme : juste une marche!Même programme qu’hier, et même que demain…

10h10 : Nous prenons la photo de départ avec Mamie Swing avant de nous dire au revoir et de la féliciter pour son parcours rocambolesque à nos côtés! 🙌🙌

10h30 : Nous entamons la montée derrière la transhumance d’un beau troupeau de vaches 🐄, dont certains spécimens sont particulièrement espiègles.

10h40 : Nous profitons du prétexte des vaches pour ne pas avancer trop vite.

10h45 : Nous sommes officiellement embauchés comme maître vacher! Nous rabattons les vaches égarées dans les bosquets de myrtilles à l’aide de nos bâtons et de nos cris de distanciation sociale, qui sans rougir ne ressemblent pas du tout à ceux des vachers. 🥴

14h20 : Nous croisons un père avec ses deux fils qui leur dit en nous voyant passer : « Quand je serai vieux, je veux que vous me portiez dans un sac comme ça ! ». Ce n’est pas la première fois que le porte-bébé d’Ariane fait des émules parmi les randonneurs de plus de 65 ans. 👨🏻‍🦳👩🏼‍🦳

15h35 : Incroyable mais vrai, nous croisons Pierre sur le chemin, un compagnon de randonnée que nous avions déjà croisé 1 mois et demi plus tôt lors de notre préparation dans les Cévennes. 😲😲😲 Nous étions alors cantonnés à un rayon de 100 km autour de Montpellier et avions donc décidé de parcourir le GR71, du Mont Aigoual à la Salvetat sur l’Agout en passant par l’incontournable plateau du Larzac. Il avait randonné 5 jours dans les Cévennes, alors que nous faisions un trajet de 11 jours. Malheureusement, il n’était pas dans le même sens. Aujourd’hui, nous nous croisons à nouveau alors qu’il fait 1 semaine de randonnée et que nous sommes partis pour 3 mois. Heureusement, il n’est toujours pas dans le même sens que nous sinon nous ne l’aurions pas recroisé. 😂

15h50 : Nous sommes arrivés au bout de la montée. Enfin ! Après 1300 m de dénivelé…Pensée intérieure : /À l’instar de l’amie Amélie poulain qui voyage avec son nain de jardin et prend des clichés de lui dans tous les pays qu’elle traverse, nous voyageons avec notre Ariane de jardin et prenons des clichés d’elle dans tous les splendides paysages qu’elle traverse. Faut-il qu’on consulte ?

16h10 : Nous atteignons la cabane de l’étang d’Araing. Un vrai petit bijou où nous passerons la nuit!

16h30 : Ariane, excitée comme une mouche se démène pour se déplacer le plus vite possible sur le parquet de la mezzanine. A quand la marche !?

Classés dans :

Cet article a été écrit par Alizée Conraud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*