juillet 28, 2020 5:06

Traversée des Pyrénées à pieds avec bébé

11h30 : On rattrape pendant la montée plusieurs personnes! À bien y réfléchir, c’est louche… 🧐

11h32 : Il s’avère que ce sont des Nîmois. La prophétie disait donc vrai : « Au cours de ce voyage, vous ne rattraperez… que des randonneurs borgnes unijambistes et … des Nîmois. » 🧙🏻‍♀️

11h33 : Ces derniers ont une bonne excuse : ils sont accompagnés de leur petit Awen, leur fils de 6 ans. Ils sont partis de Nîmes à pied, ont parcouru les châteaux cathares, ont fait quelques centaines de km en stop et se sont engagés pour la traversée des Pyrénées à pieds.

11h35 : Nous nous lions rapidement d’amitié avec cette petite famille hors du commun ! 🥰🥰🥰

16h00 : L’orage gronde. Nous arrivons à Super Bagnères, station de ski oubliée, dont personne ne soupçonne l’existence… Nous nous réfugions à l’abri : dans un bar en attendant que ça passe.

16h45 : Le bar ferme. 🙅‍♀️La gérante nous offre sa dernière baguette en guise d’aurevoir. Nous voilà dehors, notre 🥖 à la main, et l’averse n’est toujours pas tombée. 😖

17h : Jérôme veut planter la tente d’urgence pour que le sol ne soit pas mouillé au-dessous. Lyzou, elle, visait plutôt une cage d’escalier au chaud.

17h05 : Jérô exécute un planté de tente, digne d’une candidature au JO 💪17h15 : La grêle s’abat sur la tente. Jérôme fait bouclier-humain pour retenir les parois qui s’affaissent.

17h20 : L’averse se calme. Lyzou court vers la cage d’escalier repérée plus tôt. La petite Ariane, sous sa cape de pluie, se demande si elle n’aurait pas mieux fait de trouver des parents qui se mettent plus rapidement d’accord… 🤦‍♀️

17h45 : Jérôme fait son entrée fracassante dans la cage d’escalier, torse nu, trempé jusqu’à la moëlle, avec toutes les affaires sur le dos.

17h46 : Nous piquons un fou rire 🤣🤣 Nous sommes tellement ridicules 🤦‍♀️🤦‍♂️Si nous avions attendu une demi-heure de plus à l’abri, nous en serions au même point, les affaires trempées en moins…

18h : Les seuls résidents de l’immeuble font irruption dans NOTRE salon qui se trouve également être LEUR cage d’escalier. Finalement, ils nous accueillent à bras ouverts chez nous, euh enfin… chez eux pour la nuit.

19h04 : Nous négocions un 🛁 chez eux et nous réfugions au 4ème étage pour passer une nuit tranquille sur la moquette, qui d’habitude ne voit passer que des nuées de chaussures de ski…Dehors la tempête fait toujours rage ⛈⛈⛈….💨💨

Classés dans :

Cet article a été écrit par Alizée Conraud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*